DÉBUTER LA PISTE

Qui peut faire de la piste ?

Du débutant qui vient d’avoir son permis, en passant par celui qui utilise sa moto tous les jours
jusqu’à l’arsouilleur, absolument tout le monde peut faire de la piste.
Que vous soyez une femme ou un homme c’est pareil !
Certes, il y a généralement beaucoup d’hommes mais les femmes arrivent en force et sont de plus en plus nombreuses.
Il vous suffit d’avoir, soit le permis moto (A ou A2) soit le CASM (Certificat d’Aptitude au Sport Motocycliste).

Quelle moto pour faire de la piste ?

Là aussi, toutes les motos sont admises, il faut qu’elle soit en bon état, qu’elle ne perde pas d’huile ou
autre… mais sinon toutes les motos sont OK. Que votre machine ait 30 ans ou que ce soit la toute dernière sortie, c’est pareil.
Si vous voulez acheter une moto pour la piste, vous pourrez vous orienter vers un bon nombre de modèles : CB500, ER6, SV650, ZX6R, R6, Daytona, Gsx-R, etc…
Tout dépendra de votre budget mais aussi du feeling que vous avez sur la moto. Le meilleur conseil, c’est d’aller essayer le modèle qui vous intéresse.
Pensez aussi qu’un modèle « rare » sera plus difficile/couteux à réparer (peu de pièces détachées d’occasion…).

Quelle préparation faire sur ma moto ?

A vrai dire pas grand-chose ! Démonter les rétros si c’est possible, sinon les rabattre. Enlever son support de plaque si vous pouvez aussi mais rien d’obligatoire.
Pour le reste, il est préférable de mettre du scotch sur les clignotants, feux, glace de rétro.
Le petit plus, avoir des protèges carters, voir des tampons de protections, en cas de chute, ça peut toujours aider à protéger votre machine.
Et c’est aussi utile sur piste que sur route.

Quel équipement est nécessaire ?

Soit vous avez une combinaison cuir intégrale et là c’est le top sinon il vous faudra un blouson cuir et un pantalon cuir qui se zippent entres eux.
Pour les gants c’est pareil, du cuir et en bon état.
Des bottes bien sûr, pas de chaussures montantes ou autre bottines.
Impérativement une dorsale externe homologuée, à votre taille et qui ne vous
gêne pas sous le cuir.
Et pour finir, le casque, intégral, en très très très bon état et aux normes.

Avec quels pneus peut-on rouler ?

Tous les pneus sont bons. Le problème que vous aurez, c’est qu’un pneu routier mettra plus de temps à chauffer qu’un pneu sportif.
Et risque de se « détruire » plus rapidement s’il surchauffe (abrasion du goudron bien supérieure au bitume de nos routes, et contraintes appliquées aux pneus bien supérieures également à un usage routier.)
Mais il n’est pas obligatoire d’avoir telle ou telle marque et modèle de pneus.
Pour une première fois sur piste (si vous ne roulez pas déjà comme une brute sur la route), vos pneus route ou sport conviendrons très bien du moment que vous adaptez la pression de ceux-ci.
En revanche si vous commencez à rouler vite et que vous souhaitez avoir confiance en vos pneus, partez sur du pneus racing / piste, rainuré ou slick.
Souvenez-vous qu’un train de pneus coûte moins cher qu’une chute.

Quand peut-on faire de la piste ?

Accédez à notre CALENDRIER et vous aurez accès à nos dates de roulages organisées sur le Circuit de Haute-Saintonge, ainsi que les dates de roulages organisées par notre club partenaire « Val de Vienne Moto » sur le circuit du Vigeant / Val de Vienne (86).

Pourquoi faire de la piste ?

C’est le meilleur moyen de se faire plaisir sur un deux roues sans risquer de perdre son permis, et sans mettre la vie des autres comme la sienne en danger.
Et puis vous verrez, une fois qu’on goûte à cette sensation, on ne décroche plus !

Comment faire de la piste ?

C’est tout simple, il suffit de choisir la date à laquelle vous souhaitez rouler.
Ensuite afin d’accéder au formulaire d’inscription, il sera impératif de créer un compte sur notre site. (PS: conservez bien votre mot de passe).
Remplissez le formulaire puis imprimez le et envoyez le nous par courrier accompagné du chèque de règlement.
A réception de votre courrier, vous recevrez un mail confirmant votre inscription.
ATTENTION: Si vous ne disposez pas de Licence FFM, il faudra alors vous munir d’un PASS-CIRCUIT

Les différentes appréhensions ?

Tout d’abord, vous allez surement être très excité mais tout autant apeuré par l’environnement.
Pleins de motards, un circuit, de très belles motos, des gars en combinaisons râpées qui parlent bizarrement et roulent super vite sur la piste etc…
Ne vous en faites pas, c’est une ambiance très conviviale et vous y trouverez rapidement votre place.
Une autre appréhension, la peur de gêner sur piste.
Alors sachez que contrairement à la route même si cela devrait être le cas, c’est celui qui est derrière
vous qui doit faire attention. On ne regarde donc pas derrière et l’on reste concentré sur son pilotage.
Si celui qui vous suit veut vous dépasser alors il devra le faire au bon moment et sans vous gêner mais vous n’avez pas besoin de vous occuper de lui.
Pour ce qui est des trajectoires, vous n’êtes pas un pilote, vous n’aurez donc pas des trajectoires parfaites. Pour autant gardez des trajectoires logiques (extérieur/corde/extérieur).
Ne coupez pas non plus les gaz d’un coup en pleine ligne droite pour attendre votre collègue ou autre. Si vous voulez vous attendre, retrouvez-vous dans la ligne des stands et repartez par la suite.
Et d’ailleurs, si vous comptez sortir de la piste, indiquez le bien avant en levant la main 2 virages avant le début de la pit-lane (entrée des stands)
Tout cela dans le but de ne pas surprendre le pilote qui se trouve derrière vous.

Comment se déroule une journée piste ?

Je vais vous décrire en une dizaine d’étapes comment se passe une journée type.

1) L’administratif
La seule partie papier de la journée se déroulera le matin de votre roulage.
Cela consiste à vérifier vos papiers comme le permis, l’assurance etc…
On vous donnera aussi un bracelet pour le poignet et un autocollant
pour la moto afin d’identifier la catégorie dans laquelle vous serez.
On vous donnera également les heures de vos différentes sessions et vous profiterez d’un café.

2) Les catégories
Nous disposons de 3 catégories. Celle-ci sera déterminée lors de votre inscription suivant les chronos que vous nous donnez ou l’expérience que vous avez de la moto sur piste.

3) Vérification de son matériel
Cela n’est pas obligatoire, mais il est bien de vérifier que l’on ait tout l’équipement (casque, combi, gants, bottes, et dorsale).
Vérifiez que votre blouson soit zippé à votre pantalon, la dorsale bien mise (et pas oubliée dans le box ou la voiture), les bottes bien fermées, les gants bien serrés et le casque correctement mis.
Cela évite les déconvenues avant d’aller rouler, et bloquer par le commissaire en rentrant sur la piste.

4) Vérification de la moto
Là aussi rien d’obligatoire mais vérifier que tout va bien sur sa moto c’est aussi partir l’esprit serein.
Comme les vérif’s au permis quoi…
La chaîne correctement tendue, les plaquettes et disques de frein en bon état, vérifiez aussi tous vos niveaux (huile, liquide de refroidissement, etc..) soyez vigilants à l’usure de vos pneus et n’hésitez pas à re-régler vos leviers de frein, et embrayage.
*Astuce 1* : Une fois serrées au couple (clé dynamométrique), un coup de feutre ou de correcteur
(Tipex) sur les vis et leur support (cadre, carters, etc…) vous permettra en un coup d’oeil de voir si elles sont toujours correctement serrées.
*Astuce 2* : Si la motivation vous en est, ou que votre but et de faire de la piste très souvent.
Pensez à vidanger votre liquide de refroidissement, et à le remplacer par de l’eau déminéralisée (en cas de chute, les autres pistard(e)s vous remercieront de ne pas avoir pourris la piste si vous veniez à avoir une fuite.)

5) Sonomètre
Nous vous demandons de bien respecter les 95 décibels (+ 3db de tolérance) limité par le circuit de Haute-Saintonge.
Si sur route vous aimez faire du bruit, sur circuit, plus discret l’on est, mieux c’est !
Munissez vous de vos chicanes et si c’est toujours pas suffisant, remontez votre pot d’échappement d’origine.

6) Le briefing
Rendez-vous dans une salle. Là aussi vous ne pourrez pas louper le flow de pistard(e)s qui se dirige vers le briefing.
Un appel au micro sera effectué pour vous inviter à y venir.
Ce moment consiste, comme son nom l’indique, à vous briefer.
Vous pourrez ainsi connaitre les différents drapeaux (rouge, jaune, noir…), on vous rappellera toutes les consignes de sécurité, on vous montrera aussi le tracé du circuit ainsi que ses trajectoires.
A la fin, nous garderons les débutants pour les briefer un peu plus, leur donner des conseils mais aussi pour les rassurer.
Michel notre Brevet d’Etat sera également là pour vous donner de nouveaux conseils.

7) Avant de partir
Une fois que vous avez fait le briefing, vérifier que ça va être votre tour sur le papier donné lors de l’administratif, il est l’heure, (après avoir fait chauffer la moto et vous être équipé) de rejoindre la ligne des stands.
Vous serez donc en file indienne. C’est là que nous vérifierons que vous avez tout l’équipement et que vous êtes bien dans la bonne catégorie.

8) Le roulage
Vvous partez pour une session de 20 min.
Mais n’hésitez pas à sortir plus tôt !
Si vous ne vous sentez pas, si vous avez eu une frayeur ou voulez vérifier quelque chose sur votre moto, vous pouvez sortir sans soucis.
Revenons au roulage en lui-même.
Vous partez donc de la ligne des stands et il va alors falloir faire plusieurs choses :
– Première chose, découvrir la piste. Cela ne sert à rien de partir comme un fou et de tout mettre dans l’angle.
Profitez de cette première session pour prendre vos marques.
– Seconde chose, tout en découvrant la piste, faites chauffer vos pneus.
Ça ne sert à rien de faire des zigzag façon pilote de F1, ça ne sert à rien et ne chauffe pas les pneus.
Des freinages appuyés sur l’avant pour faire chauffer le pneu avant et des accélérations pour faire chauffer l’arrière.
Faites cela pendant 3 à 4 tours puis commencez à attaquer progressivement.
Et puis ensuite, tout doucement mais surement, faites-vous plaisir.
N’hésitez pas à observer les autres pour voir comment ils prennent leurs virages, les trajectoires, etc,

N’hésitez pas à profiter des conseils de Michel notre brevet d’état, que nous vous offrons. Il vous renseignera sur la position à adopter sur la moto, les différentes trajectoires sur le circuit, etc.
Il vous suivra et vous donnera les choses à rectifier pour vous améliorer.

9) La pause de midi
Vous avez fait vos différentes sessions du matin, et c’est l’heure de manger !
Un restaurant est présent en haut du circuit de Haute-Saintonge et un camion snack dans l’enceinte du circuit.
Moment très convivial car l’on échange sur nos sessions et c’est le moment de papoter trajectoires, mécanique et d’aller voir les motos des différents photographes présents lors de la journée.
N’hésitez pas à vous changer, et vous mettre en short ou autre. Cela permet d’éviter de transpirer dans sa combinaison.
Pensez aussi à contrôler l’état de votre moto. Rien n’est dévissé, cassé etc…
Et contrôlez aussi vos pressions de pneus et niveaux de liquides.

10) La reprise
Et puis viendra le moment de recommencer à pister !
Même principe que le matin, vous faites vos sessions et prenez votre pied jusqu’à votre dernière session.
Là aussi, si vous ne vous sentez pas de faire la dernière session, ne la faites pas.
Il serait dommage de finir dans le bac a gravier pour un excès d’optimisme ou de confiance.

11) La fin de journée
C’est le moment de tout remballer.
De dire au revoir aux rencontres que vous aurez pu faire.
Profitez de cette journée, et n’hésitez pas à échanger avec les autres pistard(e)s.
Vous verrez, essayer la piste, c’est l’adopter !